Menu
French English

L’échographie pulmonaire permet d’optimiser l’administration de surfactant chez les prématurés atteints de syndrome de détresse respiratoire

Mis à jour le . Signaler ce contenu
Nouveau Né prématuré
Nouveau-né prématuré -
Une équipe du service de pédiatrie et de réanimation néonatale de l’hôpital Antoine-Béclère AP-HP et de l’Université Paris Sud/Paris-Saclay, dirigée par le Dr Daniele De Luca, a démontré que l’échographie pulmonaire permettait d’augmenter le nombre de prématurés bénéficiant du surfactant dans leurs trois premières heures de vie. L’administration de ce traitement, destiné à faciliter la respiration, permet de réduire l’exposition des enfants à une ventilation invasive prolongée qui peut être dangereuse pour leurs poumons en cours de développement.

Corps de texte

La ventilation à pression positive continue (CPAP) est l’option thérapeutique privilégiée chez les patients prématurés en cas de syndrome de détresse respiratoire. L’administration de surfactant dans les trois premières heures de vie, qui empêche les alvéoles pulmonaires de s'effondrer sur elles-mêmes et facilite la respiration, est recommandée lorsque la CPAP ne suffit pas. Toutefois, il est difficile d’identifier dans ce court intervalle de temps les patients nécessitant du surfactant.

L’échographie pulmonaire, non-invasive, a été développée en néonatalogie, il y a une dizaine d’années. Elle a rapidement démontré son efficacité dans le diagnostic des syndromes de détresse respiratoire et dans les maladies pulmonaires du nouveau-né.

Soutenue par la société Chiesi, l’étude parue le 30 avril 2019 dans la revue The journal of Pediatrics, menée par l’équipe du Dr Daniele De luca à l’hôpital Antoine-Béclère AP-HP, a démontré que l’échographie pulmonaire permettait d’augmenter le nombre de prématurés bénéficiant du surfactant dans leurs trois premières heures de vie et de réduire ainsi l’exposition des enfants à une ventilation invasive prolongée qui peut être dangereuse pour leurs poumons en cours de développement.

Pour en savoir plus : lire le communiqué de presse

A voir aussi