French English
Menu
  • Rechercher un nom de médecin, un service
  • Rechercher un contenu
Select the desired hospital

Infarctus du myocarde : une coronarographie précoce dans les 12 premières heures est associée à un meilleur pronostic

Publié le Page vue 142 fois. Communiqués de presse

Une étude menée par le Dr Pierre Deharo et l’équipe du Pr Gabriel Steg de l’hôpital Bichat - Claude-Bernard, AP-HP, de l’Inserm, de l’université Paris-Diderot[1], montre le bénéfice pronostique de la réalisation d'une coronarographie précoce chez les patients admis pour infarctus sans « sus décalage du segment ST » classés à haut risque. Cette étude rétrospective sur les données de plus de 4 000 patients est publiée dans la revue américaine Circulation.

L'infarctus du myocarde constitue une urgence cardiologique absolue dont l'incidence reste encore élevée avec 120 000 cas par an en France. Il est actuellement recommandé par les sociétés savantes européennes et américaines (ESC et ACC/AHA) de réaliser une exploration invasive dans les premières 24 heures chez ces patients lorsqu'ils sont à haut risque.

Les chercheurs ont analysé rétrospectivement les données de 4 071 patients présentant un infarctus du myocarde « sans sus décalage de ST » et à haut risque (score GRACE > 140) issus de la cohorte des participants à l'essai TAO.

La présence d'un signe électrique appelé "sus-décalage du segment ST" lors de l'électrocardiogramme est un élément qui guide la réflexion du médecin.  Les infarctus avec sus décalage du segment ST à l'électrocardiogramme (environ la moitié des infarctus) nécessitent une angioplastie coronaire immédiate, c’est-à-dire une intervention visant à revasculariser la/les artères coronaires occluses. Ceux dont l'électrocardiogramme ne montre pas cette anomalie correspondent aux patients pour lesquels une angioplastie est moins urgente. L’équipe du Pr Steg s’est penchée sur le moment idéal pour réaliser celle-ci.

Les résultats montrent que le taux combiné de mortalité et d’infarctus du myocarde est plus faible lorsque la coronarographie est réalisée dès les 12 premières heures après l’admission du patient, en comparaison à une coronarographie plus tardive. Le taux combiné de décès ou infarctus à 6 mois est de 10,7% dans la  cohorte traitée dans les 12 premières heures, 13,5% pour la cohorte traitée entre 12 et 24 h et 13,7% pour les patients traités au-delà de 24 h.

Il n’a pas été observé de sur-risque hémorragique avec cette stratégie. De plus, la réalisation de l’examen dans les 12 premières heures est associée à une réduction de la durée d’hospitalisation des patients.

Ce travail pourrait modifier les pratiques des médecins et les recommandations actuelles. Les patients admis pour infarctus sans sus décalage du segment ST à haut risque seraient pris en charge plus rapidement avec la réalisation d’une coronarographie dans les premières 12 heures après le diagnostic. Néanmoins, ces conclusions nécessitent d’être confirmées par un essai prospectif randomisé.

Source :

Timing of Angiography and Outcomes in High-Risk Patients With Non–ST-Segment– Elevation Myocardial Infarction Managed Invasively Insights From the TAO Trial (Treatment of Acute Coronary Syndrome With Otamixaban)

Pierre Deharo1, Gregory Ducrocq2, Christoph Bode3, Marc Cohen4, Thomas Cuisset5, Shamir R. Mehta6, Charles Pollack7, Stephen D. Wiviott8, Yedid Elbez9, Marc S. Sabatine10, Philippe Gabriel Steg11y

1 Hôpital La Timone, Marseille, France (P.D., T.C.).Bristol Heart Institute, United Kingdom (P.D.).

2 Hôpital Bichat, Assistance Publique–Hôpitaux de Paris, France (G.D., Y.E., P.G.S.).Département Hospitalo–Universitaire FIRE, INSERM U-1148, Paris, France (G.D., Y.E., P.G.S.).FACT (French Alliance for Cardiovascular Clinical Trials), an F-CRIN network, INSERM U-1148, Paris, France (G.D., Y.E., P.G.S.)

3 Heart Center Freiburg University, Cardiology and Angiology I, Faculty of Medicine, Germany (C.B.)

4 Newark Beth Israel Medical Center, Rutgers–New Jersey Medical School, Newark (M.C.)

5 Hôpital La Timone, Marseille, France (P.D., T.C.)

6 McMaster University and Population Health Research Institute, Hamilton Health Sciences, Ontario, Canada (S.R.M.)

7 Department of Emergency Medicine, Thomas Jefferson University, Philadelphia, PA (C.P.)

8 TIMI Study Group, Division of Cardiovascular Medicine, Brigham and Women’s Hospital, Harvard Medical School, Boston, MA (S.D.W., M.S.S.)

9 Hôpital Bichat, Assistance Publique - Hôpitaux de Paris, France (G.D., Y.E., P.G.S.).Département Hospitalo–Universitaire FIRE, INSERM U-1148, Paris, France (G.D., Y.E., P.G.S.).FACT (French Alliance for Cardiovascular Clinical Trials), an F-CRIN network, INSERM U-1148, Paris, France (G.D., Y.E., P.G.S.)

10 TIMI Study Group, Division of Cardiovascular Medicine, Brigham and Women’s Hospital, Harvard Medical School, Boston, MA (S.D.W., M.S.S.)

11 Hôpital Bichat, Assistance Publique–Hôpitaux de Paris, France (G.D., Y.E., P.G.S.).Département Hospitalo–Universitaire FIRE, INSERM U-1148, Paris, France (G.D., Y.E., P.G.S.).FACT (French Alliance for Cardiovascular Clinical Trials), an F-CRIN network, INSERM U-1148, Paris, France (G.D., Y.E., P.G.S.).Université Paris Diderot, Sorbonne-Paris Cité, France (P.G.S.).NHLI, Royal Brompton Hospital, Imperial College, London, United Kingdom (P.G.S.)

Circulation, 14 novembre 2017

https://doi.org/10.1161/CIRCULATIONAHA.117.029779

[1] FACT, French Alliance for Cardiovascular Trials, Fact F CRIN DHU FIRE, INSERM U-1148 LVTS, Université Paris-Diderot

À propos de l’AP-HP : L’AP-HP est un centre hospitalier universitaire, acteur majeur de la recherche clinique en France et en Europe mondialement reconnu. Ses 39 hôpitaux accueillent chaque année 10 millions de personnes  malades : en consultation, en urgence, lors d’hospitalisations programmées ou en hospitalisation à domicile. Elle assure un service public de santé pour tous, 24h/24, et c’est pour elle à la fois un devoir et une fierté. L’AP-HP est le premier employeur d’Île-de-France : 95 000 personnes – médecins, chercheurs, paramédicaux, personnels administratifs et ouvriers – y travaillent. http://www.aphp.fr   
A propos de l’Inserm : Créé en 1964, l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) est un établissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous la double tutelle du Ministère de l’Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche et du ministère des Affaires sociales, de la Santé. L'Inserm est le seul organisme public français dédié à la recherche biologique, médicale et à la santé humaine avec près de 15000 chercheurs, ingénieurs, techniciens, hospitalo-universitaires, post-doctorants et quelque 300 laboratoires. Ses chercheurs ont pour vocation l'étude de toutes les maladies, des plus fréquentes aux plus rares. L’Inserm est membre fondateur d’Aviesan*, l’Alliance nationale pour les sciences de la vie et de la santé créée en 2009. 
* Autres membres fondateurs d’Aviesan : CEA, CNRS, CHRU, CPU, INRA, INRIA, Inserm, Institut Pasteur, IRD
À propos de l’université Paris Diderot : Au cœur de l’économie mondiale de la connaissance et de l’innovation, l’université Paris Diderot est la première université pluridisciplinaire de recherche intensive  de dimension internationale. Elle offre, à ses 30 000 étudiants, des formations diversifiées dans les domaines : Arts, lettres, langues – Sciences humaines et sociales – Sciences économiques et sociales – Sciences, technologie – Médecine, Odontologie. L’excellence de ses 87 laboratoires, associés à de grands organismes, confère à Paris Diderot un statut d’acteur majeur de la recherche française. L’université est installée dans un quartier en pleine expansion, Paris Rive gauche dans le 13ème arrondissement, près de la Bibliothèque Nationale de France et Station F. Elle participe activement à la vie socio-économique de la capitale. www.univ-paris-diderot.fr

Les coordonnées du service presse

CONTACTER LE SERVICE DE PRESSE DE L'AP-HP

En semaine, merci d’adresser vos demandes par mail à l’adresse service.presse@aphp.fr avec vos coordonnées téléphoniques, nous vous rappellerons dès que possible. Le WE vous pouvez joindre l’astreinte presse au 01 40 27 30 00. Compte-tenu de la situation sanitaire et en cohérence avec les consignes relatives aux visites des patients hospitalisés, nous privilégions les entretiens/interviews dans les bureaux et salles de réunion, en dehors des services de soins

Attachés de presse :

Mathilde Capy
Barnabé Chalmin
Éléonore Duveau


Directeur de la communication et du mécénat de l'AP-HP :

Patrick Chanson

Assistance publique Hôpitaux de Paris